> Vous êtes ici :

Test de BioShock Infinite sur

BioShock Infinite

BioShock Infinite


[sommaire]

Si les fonds marins des deux premiers BioShock vous avaient rendu claustrophobe, BioShock Infinite devrait résoudre le problème et le remplacer par un autre grâce à sa cité volante : le vertige. Alors, BioShock Infinite arrive-t-il à renouveler la licence ?

Vers l'Infinite et Columbia : une histoire et un univers riches 

Le jeu se déroule bien avant la construction de Rapture, en 1912, dans la magnifique cité volante de Columbia. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’avoir joué aux deux premiers volets de BioShock pour profiter de l’histoire de BioShock Infinite.

Située dans une version alternative de notre Histoire, Columbia a fait sécession des États-Unis plusieurs années avant votre arrivée et plus personne n’en avait de nouvelles depuis. Votre personnage, Booker DeWitt, s’y retrouve catapulté (presque au sens propre) suite à ses dettes de jeux. Vétéran de la cavalerie, reconverti en détective privé au passé trouble, on vous confie une mission apparemment simple : « ramenez la fille et nous effacerons la dette ». Rapidement, il découvre que la ville, sous ses apparences d’Eden volant, rassemble des fanatiques religieux au service du prophète autoproclamé Zachary Comstock. Les choses se compliquent encore quand Booker apprend qu’Elizabeth, la fameuse fille qu’il est sensé ramener, est idolâtrée par la ville et que les autorités locales se lancent à sa poursuite.

BioShock Infinite - 39BioShock Infinite - 38BioShock Infinite - 40


D’un point de départ simple, l’histoire de BioShock Infinite se compliquera au fil du jeu et saura transmettre de l’émotion à travers la relation DeWitt – Elizabeth et l’introspection du héros tourmenté par ses mauvaises actions passées.

Un authentique spectacle son et lumière de 1912 

Les développeurs d’Irrational Games ont fait de gros efforts pour créer un univers consistant autour de Columbia. Une première phase de jeu assez courte, nous permet de visiter la ville, d’écouter ses habitants et la voir vivre. Le tutoriel y est discrètement présent, mais c’est surtout l’occasion de s’imprégner de l’univers et d’admirer le travail sur les décors. Ces derniers fourmillent de détails et la direction artistique est très inspirée dans tous les quartiers de la ville. Clairement, BioShock Infinite est beau et fait honneur à l’Unreal Engine 3 (modifié par Irrational Games pour l’occasion), notamment par l’utilisation bien maîtrisée des effets de particules et de la lumière qui peint les décors au point d’en faire de jolies cartes postales (quitte à un peu abuser des effets « god ray »). Les personnages, en revanche, sont moins réussis ; un peu moins travaillés que les décors, il est possible de croiser deux personnages non-joueurs clonés l’un à côté de l’autre. Toutefois, cela s’oublie vite dans le feu de l’action.

De très beaux décors...

BioShock Infinite - 36BioShock Infinite - 34BioShock Infinite - 35

... mais des personnages secondaires parfois clonés.

BioShock Infinite - 37

N’oublions pas la musique : les développeurs d’Irrational Games ont su la distiller de manière habile dans le jeu. Il n’y a pas de musique de fond à proprement parler, sauf pendant les combats. Les autres musiques que vous entendrez proviennent des radios et haut-parleurs disséminés dans Columbia. Rien à redire du côté des bruitages et des doublages, la version française est tout à fait acceptable et les ennemis ne se répètent pas beaucoup (bien qu’un peu).

« Vous comptez chasser quoi avec ça ? Un mille-pattes ? » : votre arsenal 

Pour les personnes n’étant pas habituées à la série, un petit rappel s’impose : BioShock vous propose de combattre à l’aide d’armes « classiques » (pistolet, mitrailleuse, fusil à pompe, fusil de précision, lance-grenade, lance-rocket, etc.), mais aussi de pouvoirs spéciaux après avoir trouvé les toniques adéquats (oui, ce ne sont plus des plasmides, préquel oblige). Ces derniers vont de la classique boule de feu, au vol de corbeaux pour immobiliser l’adversaire ou encore à l’onde de choc et à la possession.

Les armes ne sont pas délaissées pour autant, comme dans les premiers volets, il est possible de débloquer des améliorations pour les armes et les pouvoirs dans BioShock Infinite. Vous pourrez donc améliorer votre personnage en fonction de votre style de jeu (et veiller à ne pas faire de choix regrettables dans le mode de difficulté le plus élevé de BioShock Infinite : le mode 1999).

BioShock Infinite - 41BioShock Infinite - 43BioShock Infinite - 42

Vous ne pourrez toutefois vous équiper que de deux armes et deux pouvoirs en même temps. La limite est facilement contournable pour les pouvoirs, ils peuvent être changés en combat. En revanche, côté arme, choisissez sagement : dans BioShock Infinite, les deux armes que vous utilisez sont les seules que vous pourrez transporter et il n’est pas impossible de se retrouver à court de munitions, surtout dans les modes de difficulté les plus élevés.

Une fois vos chargeurs vides, deux choix s’offriront à vous : fouiller les cadavres environnants à la recherche d’armes ou de munitions ou alors tenter d’atteindre une machine vendant des munitions, afin d'en acheter tranquillement. Oui, en pleine fusillade à 10 contre 1... Heureusement, ces machines restent rares et vous ne serez pas toujours tenté par cette facilité. Des soins et des cristaux (source d’énergie de vos pouvoirs) sont accessibles de ces deux manières, en plein combat également.



page suivante ›
9 / 10
Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

BioShock Infinite

BioShock Infinite

9 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité