Preview de World of Warcraft : Mists of Pandaria sur

World of Warcraft : Mists of Pandaria

World of Warcraft : Mists of Pandaria

La concurrence est rude en cette période où se succèdent les gros titres dans l'univers du MMORPG avec Star Wars The Old Republic, Guild Wars 2 mais aussi TERA, autant dire que le MMORPG phare de Blizzard ne peut pas rse reposer sur ses acquis. Alors que ceux-ci nous ont annoncé avoir enregistré plus de 12 millions d'abonnés au summum du succès de World of Warcraft, une baisse de fréquentation du soft s'est faite sentir et le géant du jeu de rôle massivement multijoueur ne compte pas se laisser faire.

Replaçons toutefois le contexte, Blizzard en plus de sa licence phare World of Warcraft, bichonne en parallèle des titres énormissimes et toujours très attendus tels que StarCraft 2 ou encore le déjà légendaire Diablo 3.

Pas d'inquiétude quand au savoir-faire de notre cher fournisseur de drogue pour geek en tous genre et bien encore moins pour les revenus.

En revanche, le fan pur et dur du World of Warcraft original, ou comme nous l'appelons sur les forums, "Vanilla", ce fan là qui a vu son personnage gravir les levels de 60 à 70 puis 80, celui qui à connu les raids à 40 il y a bien des années, qui a ouvert une bouteille de champagne en live avec ses guildmates sous Team Speak lorsque Ragnaros est enfin tombé, oui, ce fan là est en droit de se demander ce que l'avenir peut bien lui réserver !

Mais la force de Blizzard est non seulement de penser aux anciens joueurs, ceux de la première heure et hardcore gamer, tout en ne laissant jamais pour compte le casual ou néophyte qui est jusqu'ici passé à coté d'un phénomène mondial parce que trop jeune.

Cette nouvelle extension essaie de concilier les deux points de vue, vous découvrirez un gameplay toujours plus fluide, à la fois simplifié sur certains aspects sans jamais pour autant gâcher l'expérience de jeu et ce quel que soit votre niveau d'exigence.

World of Warcraft : Mists of Pandaria - 73 World of Warcraft : Mists of Pandaria - 72 World of Warcraft : Mists of Pandaria - 71

World of Warcraft : Mists of Pandaria - 70 World of Warcraft : Mists of Pandaria - 66

Kung-fu fightingSi vous avez ce refrain dans la tête à ce stade de votre lecture c'est normal mais là n'est pas le sujet.

Si en lisant Kung-Fu et Panda sur ces quelques lignes vous pensez au film d'animation de DREAMWORK et son panda joufflu, là aussi c'est normal et sans doute voulu par les créateurs/concepteurs. Nous approchons du but...

Après avoir franchit les portes d'outre-mer dans l'univers "futuriste" de Burning Crusade, après avoir affronté le froid nordique (mais où est Thor?!) dans Wrath of the Lich King et bravé dragons en tous genre dans Cataclysm, nous faisons donc un retour aux sources dans la lutte perpétuelle entre l'Alliance et la Horde avec Mists of Pandaria.

Bienvenue en Pandarie, un univers zen qui fait honneur à nos confrères chinois pour qui, rappelons le, le Kung-fu est un mode de vie et bien plus encore.

Cette fois encore Blizzard repousse les limites de son moteur graphique sans trahir leur ligne de conduite. Toujours ce même esprit cartoon que nous chérissons mais plus léché, plus fin et toujours plus beau.

Lorsque nous mettons les pieds pour la première fois dans Mists of Pandaria tout vous semble plus beau, plus calme aussi, plus détaillé et peut-être même plus poussé encore dans la profondeur de champ.

World of Warcraft ne prend pas une ride et s'en sort encore et toujours haut la main malgré la concurrence qui fait rage en affichant un style à tomber par terre.

Et au passage saluons tout de même l'effort fournit pour permettre aux plus petites machines de faire tourner le bébé et offrir un confort de jeu qui ne nécessite pas d'investir une fortune dans son ordinateur et s'enquérir d'une machine de guerre.

Mais revenons en à la Pandarie. Cette île cachée par la brume à l'abri des regards loin des précédents conflits fut découverte lors d'une bataille navale entre l'Alliance et la Horde. Peuplée de Panda que l'on qualifie d'épicuriens, vous comprendrez aisément les traits raciaux qui leurs sont accordés : la zen attitude et la méditation permettent de bénéficier d'un bonus d'XP qui dure deux fois plus longtemps lorsque vous êtes reposé, un bonus passif également en compétence cuisine et le meilleur de tous, la possibilité de faire des roulades, une technique qui débloque le haut-fait "panda express" après une centaine de ces galipettes.

Mais c'est sans compter sur la corpulence du Pandaren qui permet de réduire les dégâts en cas de chute ou encore la faculté d'immobiliser l'adversaire par une frappe de la paume.

Ces petites boules de poils, qui nous ont semblé plus inspirée au féminin de la part des développeurs, pourront choisir plusieurs classes : chaman, chasseur, guerrier, mage, prêtre ou voleur, mais c'est bien sûr vers la nouvelle classe de moine que nous nous sommes orientés.

Le MONK

Nouvelle classe fétiche de Blizzard que l'on retrouve désormais dans Diablo 3 et maintenant dans World of Warcraft, donc, le Moine.

Si à l'époque, le Chevalier de la Mort offrait une zone instanciée sympathique mais pas grand chose de plus, cette fois-ci, c'est un peu plus complexe que ça.

Qu'il s'agisse de l'univers de départ avec ses forets luxuriantes son esprit haut en couleurs, ses musiques bien choisies dans le thèmes du mystique, ses temples de rêves ou encore les quêtes sympathiques qui s'arpentent durant les 10 premiers niveaux, tout cela n'est qu'une mise en bouche pour nous ravir.

Cette nouvelle extension remet au centre de l'intrigue la lutte qui oppose l'Alliance à la Horde. Aussi dans le choix de départ, à l'écran de création du personnage, la race Pandaren est entre les deux factions car le choix se fera plus tard.

Un event marquant la fin de la zone de départ vous proposera en effet de vous rallier au camp qui vous convient et poursuivre alors vos quêtes d'un coté ou de l'autre. Et ça c'est original !

Mais le moine n'a pas fini de vous surprendre. Un gameplay simple et pourtant richissime qui saura ravir les moins convaincus. Si tout repose au départ sur le Chi, sortes de points de combo qui permettent d’asséner vos techniques mais ne se perdent pas avec le temps ou en changeant de cible là encore il faut savoir que le moine utilisera des techniques sur un système un peu plus complexe puisque vous pourrez choisir deux voies : Lumière ou Ténèbres.

Il n'est pas question de choisir entre ces deux voies, mais plutôt d'obtenir les points nécessaires pour activer certaines compétences alors qu'aucune limite de temps n'est imposée pour utiliser ces points de combo.

Citons par exemple le Coup volant du serpent qui permet au moine de charger son adversaire, de le blesser et surtout de l'étourdir durant deux secondes, ou encore le Jab qui coûte 40 de Chi et permet d'obtenir un point sur chacune des deux voies. Des points qui pourront ainsi servir a activer le Coup tournoyant de la grue : un coup de pied rotatif blessant les ennemis à moins de 8 mètres durant 6 secondes.

Mais les possibilités du moine n'en finissent plus puisque vous pourrez opter pour une orientation Tank, Heal ou DPS.

Le maître du Kung-fu ivre ou plus communément appelé Brewmaster, un tank utilisant le style de combat de l’ivrogne et recourant à diverses techniques axées autour de l’utilisation de l’alcool.

Le Mistweaver ou moine soigneur qui peut charger son chi à distance et en utiliser les charges pour maintenir en vie ses compagnons, la barre d'énergie est alors remplacée par cette bonne vieille barre de mana.

Enfin, le Windwalker est l’arbre de talent de dégâts par excellence, dont le gameplay se rapproche beaucoup de celui du voleur.

Et enfin, merveille des merveille de simplification du gameplay qui n'enlève rien au plaisir du jeu mais bien au contraire comme ne le disions quelques lignes plus haut : finit les interminables voyage vers le maitre de classe pour s'enquérir des nouveaux sorts et délaisser au passage la quête que vous étiez sur le point d'achever !

La nouvelles répartition des talents et pouvoirs débarque. Il n'est plus question désormais de répartir à chaque montée de niveau les points de talents, mais plutôt de proposer six paliers (tous les 15 niveaux jusqu'au 90, nouvelle limite avec Mists Of Pandaria) qui débloqueront trois talents parmi lesquels choisir. C'est simple mais efficace. Déstabilisant au départ mais très rapidement adopté, ce système fait parfaitement son office et simplifiera la vie aux nouveaux venus sur les royaumes de World of Warcraft.


Ces premières heures de jeu sur la prochaine extension de World of Warcraft nous aurons offert bien des surprises et plus de plaisir encore. Sans marquer un réel tournant, du peu que nous avons eu à voir, Blizzard a su se renouveler en offrant un univers que l'on prend plaisir à parcourir. Que vous soyez un druide qui passe des heures en ballade ou en partie de pêche ou encore un gamer fou du PVE HL bien d'autres nouveautés, que nous nous ferons une joie de vous retranscrire, vont s'offir à vous.
La limite de niveau repoussée à 90, du nouveau contenu, des donjons, plus l'introduction de la nouvelle classe Moine, les combats de mascottes et les très attendues zones de jeu scénarisées qui marchent sur les pas de Star Wars : The Old Republic. Ces premiers pas en Pandarie nous ont plutôt convaincu mais n'étaient qu'un avant goût d'une aventure qui, gageons-le, n'a pas fini de nous surprendre.

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

World of Warcraft : Mists of Pandaria

World of Warcraft : Mists of Pandaria

7.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité