Preview de Starcraft II : Wings of Liberty sur

Starcraft II : Wings of Liberty

Starcraft II : Wings of Liberty

Configuration minimale- Système d'exploitation : Windows XP/Vista/7

- Processeur : PIV 2.2GHz ou AMD Athlon équivalent

- RAM : 1 Go

- Carte graphique : 3D 128 Mo
Starcraft II : Wings of Liberty - 21Starcraft II : Wings of Liberty - 20Starcraft II : Wings of Liberty - 19Starcraft II : Wings of Liberty - 18
Starcraft II : Wings of Liberty - 6Starcraft II : Wings of Liberty - 5Starcraft II : Wings of Liberty - 4Starcraft II : Wings of Liberty - 3
Starcraft II : Wings of Liberty - 23Starcraft II : Wings of Liberty - 22

Après plus de dix ans d’attente, la bêta fermée exclusivement multijoueur de StarCraft 2 est enfin disponible. L’occasion pour les heureux élus de renouer avec les Terrans, les Zergs et les Protoss dans ce qui pourrait être le titre ultime de stratégie pour la décennie à venir. Voici nos impressions à chaud…


La première chose qui saute aux yeux, c’est l’interface de Battle.net qui a été totalement repensée pour permettre aux joueurs de se plonger directement dans l’ambiance. De ce fait, avant une partie il est possible de lambiner en consultant son classement, ses derniers résultats et même de choisir son avatar parmi une pléiade de visuels tirés du jeu. Mieux, vous pouvez ajouter des amis, consulter vos vidéos ou encore jeter un coup d’œil à vos hauts faits. Par conséquent, avant même d’être réellement entré dans le jeu, les accrocs des statistiques seront aux anges devant un tel remaniement. Une première réussite. La présentation de Battle.net étant faite, nous allons pouvoir entrer dans le vif du sujet. D’abord, après avoir cliqué sur l’onglet multi, vous avez le choix de sélectionner une carte, puis le nombre d’opposants que vous souhaitez avoir en face de vous : seulement 1 vs 1, 2 vs 2, 3 vs 3, 4 vs 4 ou Free for all puis sélectionner l’I.A. Telles sont les possibilités qui s’offrent à vous.

Pour ce qui est des différentes factions, les développeurs ont jugé bon de ne pas en implanter de nouvelles. Ainsi, les aficionados retrouveront les humains Terrans, les technologiques Protoss et les affreux Zergs. Pas de nouvelles races donc, mais ne vous y trompez pas, cela ne veut pas pour autant dire que les innovations ne sont pas au rendez-vous.

Et des nouveautés, il y en a ! Que ce soit dans la découverte des nouvelles unités, en passant par celles qui ont changé de fonction, jusqu’à la cure de jouvence visuelle, on en prend plein les mirettes ! Et même trop finalement. Un temps d’adaptation est nécessaire pour envisager d’inquiéter le joueur adverse. Une fois passée le seuil psychologique des dix défaites d’affilées en moins de dix minutes, l’égo se remet doucement, et vous pouvez enfin reprendre le douloureux réflexe des 200 clics par minute. Vous savez, celui que vous avez acquis au cours des nuits blanches, devant l’opus précédent. Quoi qu’il en soit, la sensation la plus forte qui se dégage de cette bêta est indéniablement la rapidité dont il faut faire preuve pour être à la hauteur des ennemis. Ici, pas de place pour les joueurs statiques et passifs, il faut se projeter dans le temps pour décider la stratégie à adopter et faire manger le clavier du type en face, histoire que ce dernier ravale son « GL » de début de match. Pour cela produisez des récolteurs en continu, anticipez les constructions des dépôts de ravitaillement et surtout adapter votre "build order" et les unités produites en fonction de ce que fait votre adversaire ! En bref, les mécanismes de StarCraft ne changent pas, on joue à ce deuxième opus comme on jouait au premier, et qui plus est en y prenant un réel plaisir.

En fouillant dans la liste des bâtiments et unités, on découvre que certains ont subi quelques modifications. Par exemple, chez les Terrans l’aspect défensif s’est vu complété par des méchas surpuissants comme le Thor, un robot colossal pourvu de canons 250mm, juste de quoi trouer les unités terrestres ou aériennes qui veulent s'y frotter de trop près. Du côté des Zergs, la Reine ne se présente plus sous forme d'unité volante, mais gambade maintenant à pieds (ou plutôt à griffes) sur la carte. Les Protoss quant à eux se voient notamment renforcés des Colossus, blindés au rayon laser à air d'effet, capables de franchir sans problème les dénivelés. Le réel génie des développeurs réside dans l’équilibre des factions. Si vous perdez, inutile de penser que la race de votre challenger est plus puissante, ou même à d’éventuels codes de triche. Tout a été mis en place pour mettre les joueurs sur un pied d’égalité et vous êtes seul maître du destin de vos rangs.

Parallèlement, le titre bénéficie d’un design très convaincant, sans pour autant être révolutionnaire. En effet, Blizzard a su penser aux joueurs qui ne disposent pas de machines surpuissantes, au point d’avoir un SCII peu gourmand. Ainsi, un ordinateur vieux de cinq ans pourra faire tourner le jeu sans le moindre ralentissement, tout en faisant l’impasse sur les options de haut niveau. Au niveau des options graphiques on compte par exemple : les bâtiments métalliques humains qui brillent, les Zergs qui luisent de part leur mucus et leur apparence visqueuse, et les édifices des Protoss qui sont étincelants. En quelques mots, ce ne sont pas les graphismes du jeu qui éblouissent, mais son design si particulier. En sus, est-il vraiment utile de préciser que le savoir-faire de Blizzard contribue à l’immersion complète des joueurs ? Effectivement, la physionomie des champs de batailles et des unités restent assez identiques, tout en évoluant considérablement avec le nouveau moteur de jeu conçu pour l’occasion.


Au final, StarCraft II remplit son rôle de titre très attendu haut la main. Que ce soit par le biais de ses animations, ou grâce à son ambiance, ce titre se hissera sans mal parmi les jeux marquants de 2010 et s'impose comme la nouvelle référence en jeux de stratégie. Les joueurs chevronnés pourront sans mal reprendre leurs habitudes acquises dans le premier volet (moyennant une petite période de remise à niveau) et les débutants découvriront un titre diablement efficace de par ses possibilités de stratégies tout bonnement ahurissantes. Il ne reste finalement plus qu’à découvrir les campagnes solos pour confirmer le niveau de qualité pharamineux présent dans cette bêta multijoueur.

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Starcraft II : Wings of Liberty

Starcraft II : Wings of Liberty

9.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité