> Vous êtes ici :

Preview de Metro 2033 sur

Metro 2033

Metro 2033

Tiré du livre éponyme, Metro 2033 s’est présenté à nous dans les locaux de Nvidia dans le quartier du Faubourg de l’Arche non loin du quartier de La Défense. Invité par THQ, l’occasion nous a été donné de découvrir le jeu mais surtout de le prendre en main. Impressions.


Moscou, 2033, vingt années se sont écoulées depuis des événements apocalyptiques. Tandis que la surface du globe a été ravagée par une pluie de bombes nucléaires, s’est constituée dans le réseau du métro moscovite une véritable ville. La géolocalisation n’est pas sans rappeler un autre jeu du genre à savoir S.T.A.L.K.E.R, dont d’anciens membres du studio font partie intégrante du projet développé par les ukrainiens de 4A-Games. Ce n’est donc pas un hasard si certains aspects des deux jeux s’entremêlent.

Un scénario unique : un FPS qui vous met en situation de survie post apocalyptique au cœur des réseaux souterrains de Moscou.
Un environnement oppressant : affrontez la peur dans des tunnels infestés de mutants et d’esprits fantomatiques.
Un territoire hostile : explorez la désolation des villes et survivez à l’atmosphère extérieure grâce à l’autonomie limitée que vous procure votre masque à gaz.
Un univers riche : interagissez avec les différents personnages que vous rencontrerez et marchandez pour améliorer votre équipement selon votre style.


Le joueur incarnera un humain dénommé Artyom, l’un des derniers à être né à la surface, où les radiations ont fait des ravages et des mutations se sont opérées, créant des créatures difformes. Vous l’aurez compris, le monde est devenu hostile et le mot est faible. La Terre est empoisonnée et une poignée d’hommes survivent terrées dans les bas fonds : une nouvelle ère nait dans les ténèbres. Les stations regorgent de poches de réfugiés qui au fil des années se sont organisés et ont finis par regrouper le matériel nécessaire pour partir en expédition à la surface. Bien entendu il ne faudra pas bien longtemps avant que des créatures ne vous tombent dessus, à mi chemin entre un léopard et un crapaud, tant dans leur façon de se déplacer que de leur physique répugnant. Malheureusement des créatures volantes viennent prêter main forte aux rampants et la petite virée en surface tourne au vinaigre en un rien de temps, les dédales du métro finissent par être envahis, s’en est fini des week end tranquilles sur le sofa moisi à l’intersection de deux stations aux noms imprononçables. De ce côté-là, tout a été pensé pour vous plonger dans cet univers malsain et angoissant au possible. Ambiance brumeuse, crasseuse, sanguinolente, tout ou presque y est oppressant et cela n’est pas votre lampe torche de fortune qui vous aidera. Pour en rajouter une couche il sera possible de sélectionner en piste audio, le russe en lieu et place de l’anglais, bien évidemment les sous titres français seront présents histoire de ne pas en rater une miette.


Une immersion renforcée par l’HUD qui se fait des plus discrets, vos munitions et autres joyeusetés n’apparaissant que lors de leur utilisation. Vos accessoires tel que le masque à gaz s’abimeront au gré de vos actions, ainsi si votre personnage est pris à parti, de la buée envahira votre champs de vision, de même si un félin mutant vous atteint au visage, votre masque se fêlera. Les températures des contrées de Metro 2033 n’étant pas des plus chaudes il arrivera également que votre masque givre. Au détour d’un couloir vous tomberez dans une cantine sordide, les effets de lumière, de fumée, nous ferait presque sentir l’odeur du ragoût en train de mijoter. En ce qui concerne le commerce, tout ou presque se monnaye, par contre vous pouvez tout de suite oublier les billets verts puisque seul les munitions ont de la valeur en ce bas monde. Il faudra donc dès que l’occasion se présente récupérer des munitions dans les dédales du métro, sur des dépouilles, etc. ; mais surtout utiliser ses balles à bon escient si vous ne voulez pas être pris au dépourvu lors d’un possible troc pour la suite de votre aventure. Adieu donc aux diverses améliorations possibles de votre combinaison de survie.


Une atmosphère oppressante, les mutants vous attaqueront souvent sournoisement, les réflexes seront des mises, en particulier pour recharger votre arme si vous ne voulez pas terminer en steak haché ! La brume, le brouillard, ici toutes les vapeurs se déplaceront au gré de vos mouvements, les effets de lumière s’y entremêlant, c’est assez impressionnant à voir. Bien évidemment je m’emballe peut être un peu puisque j’ai vu tourner en parallèle la version PC équipé d’un vidéo projecteur HD avec le nouveau dispositif couplé aux lunettes 3D de Nvidia, tout simplement S.P.E.C.T.A.C.U.L.A.I.R.E. Largement au delà d’un cran que la précédente génération de lunette. Seule chose qui pourra chagriner les joueurs adeptes de chalenges online, aucune mode multijoueurs ne sera présent, tout ici a été misé sur l’aventure solo. De ce qui nous a été permis de voir on regrettera un manque d’action flagrant, cependant le rationnement des munitions n’y est pas étranger, le niveau joué sans doute également.


Une chose est certaine Metro 2033 s’annonce comme une belle surprise et risque de laisser une empreinte remarquée. Verdict final dans nos colonnes d’ici sa sortie le 19 mars prochain.

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Metro 2033

Metro 2033

8.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité