> Vous êtes ici :

Preview de Medal of Honor sur

Medal of Honor

Medal of Honor

Configuration minimale- Système d'exploitation : Windows XP (SP3), Windows Vista (SP2), Windows 7

- Processeur : Intel Core 2 DUO @ 1.4 GHz/AMD Athlon64 X2 @ 1.8 GHz

- RAM : 1 Go

- Carte graphique : NVIDIA GeForce 7800 GT ; ATI X1900

- Espace disque libre : 3Go

- Carte son : Compatible DirectX 9.0c

- DirectX : DirectX 9.0c

Medal of Honor - 47Medal of Honor - 46Medal of Honor - 45Medal of Honor - 44

Medal of Honor - 43Medal of Honor - 42Medal of Honor - 41Medal of Honor - 39

Après notre première rencontre avec Medal of Honor à l'occasion de sa bêta multi-joueurs, c'est dans les studios suédois de DICE que nous avons pu nous essayer à trois missions de son mode solo. Un bon moyen de nous faire une meilleure idée de l'ensemble du titre qui a déserté la Seconde Guerre mondiale ultra-exploitée, pour se tourner vers les conflits contemporains, et ici, il s’agit ni plus ni moins de l'Afghanistan. Cette nouvelle recette de Medal of Honor marque le retour du tôlier du FPS, et le moins que l'on puisse dire, c'est que le bougre a plus d'un tour dans son paquetage. L'ambition de Greg Goodrich, producteur exécutif du jeu ? Réaliser l'épisode le plus abouti de la licence. Ainsi, pour arriver à un tel résultat, les petits plats ont été mis dans le grand, puisque c'est DICE (Battlefield) qui s'occupe du mode multi-joueurs, tandis qu'EA Los Angeles planche sur la partie solo.


Alors que son concurrent direct s'évertue à proposer un scénario aussi palpitant qu'un épisode de Derrick, EA Los Angeles souhaite donner une importance considérable à ce facteur clé pour l'immersion du joueur. Tant pour le ton très sérieux digne de Band of Brothers ou encore Black Hawk Down, que pour l'adrénaline qui nous happe lors de l'approche d'un village au demeurant désert. Mais attention, n'en concluez pas par là que vous allez avoir droit à un discours patriotique pompeux durant toute la progression, car ce serait bien dévaloriser ce MoH. Car ce qu'il faut absolument savoir, c'est que les personnes que nous avons rencontré à Stockholm ne sont pas de simples concepteurs de jeux, mais plutôt une bande de passionnés, dévoués corps et âme dans ce projet. De fait, on a pu s'en rendre compte pleinement en voyant Greg Goodrich et Patrick Liu (les deux producteurs du soft) avec une barbe touffue, afin de soutenir à distance les soldats encore sur le front. Aucun doute possible, DICE et EA Los Angeles vivent l'aventure du développement à 200% et si vous pensiez que la franchise aurait eu du mal à prendre un second souffle, alors c'est que vous êtes bien loin du compte.

Notre journée a débuté par une première mission qui plante d'emblée le contexte grave : notre escouade essuie une attaque surprise des insurgés afghans embusqués dans les montagnes. Dès lors, pas le temps de s'attarder sur l'esthétisme très réaliste des collines et de la profusion de particules et d'effets qui nous propulsent dans le quotidien des forces spéciales. Ni une ni deux, notre commandant nous donne l'ordre de partir en repérage des lieux et de sécuriser notre position par tous les moyens. Nous voilà donc dans les bottes d'un soldat au cœur d'un petit groupe d'hommes surentraînés. Entre les échanges de tirs musclés, des phases de progression à pieds nous obligent à marcher et à écouter les consignes de notre supérieur. Le ton est posé, les instructions sont concises, on s'aperçoit de ce fait que nous sommes au beau milieu d'un escadron expérimenté et sage. Un peu plus tard, nous arrivons dans un village visiblement fantôme, mais rien n'est laissé au hasard. Via quelques scènes scriptées, les hommes vont tour à tour inspecter toutes les bicoques, afin de s'assurer qu'un Taliban ne va pas surgir dans notre dos. CLEAR ! On continue jusqu'à une porte clause. La section se met en position pour pénétrer rapidement dans le bâtiment et pouvoir arroser toutes formes de résistance qui se trouve derrière. Le portique craque sous le coup de pied d'un officier... Le capitaine avait raison, nous n'étions pas seuls.

S'ensuit une avalanche de tirs, le tout sans le moindre ralentissement et avec des bruitages de très bonne facture. A noter que l'on peut faire une glissade rapide, afin de rejoindre un point de couverture à la vitesse de l'éclair. Mais attention, à force de s'arrêter trop longtemps, les murets et barricades en bois peuvent céder sous les impacts de balles. Jouissif ! L'ambiance est nerveuse et l'immersion est entière. Au point même de bouger la tête devant l'écran pour tenter de découvrir ce qu'il se passe de l'autre côté de notre planque. Après une bonne demi-heure de lutte acharnée, la fine équipe rejoint une maison abandonnée. "On n’ira pas plus loin !", lance le capitaine, en effet, pas d'autre choix que d'attendre le support aérien qui seul pourra annihiler les troupes ennemis qui sont armées de RPG. L'espoir de survivre décroît de plus en plus. Les opposants nous entourent peu à peu, une petite musique dramatique résonne. Puis, les deux hélicoptères tant attendus finissent par faire le ménage in-extremis. Un moment épique.

Pour faire le lien entre cette mission et la seconde, les développeurs se sont surpassés pour faire une transition fluide et logique, qui pousse naturellement le joueur à ne pas décrocher. Nous partons donc directement dans la peau d'un des soldats présent dans les hélicos qui viennent de nous sauver la mise. Le niveau proposé est celui de la GamesCom. Prénommé Gunfighters, celui-ci s'apparente à une phase de rail-shooter, sans prendre le contrôle de l'appareil, mais plutôt des différents missiles équipés à bord. La suite est sans surprise, même si l'équipe a corrigé les lags et s'est attardée sur l'esthétisme des paysages en rendant une copie très réaliste. Après avoir menée notre mission de destruction d'un village ennemi à bien, un Taliban armé d'un lance-roquettes nous met en joue. Mais le bougre se fait dessouder d'un tir à la tête. Notre sauveur ? Un sniper qui se trouvait au bon endroit, au bon moment. Ouf ! Vous devez vous en douter, c'est avec ce dernier que la troisième mission débute et là encore, EA Los Angeles nous offre un gameplay bien différent des deux derniers niveaux.

Une fois installé dans les Rangers du soldat, on découvre que ce dernier se trouve au sommet d'une colline en compagnie d'un complice. Notre objectif est simple, nous devons faire le ménage sur une butte voisine. A l'aide de murmures, notre compère nous guide avec des instructions précises concernant les positions des insurgés. Pour réussir un tir à une telle distance, on doit bloquer sa respiration et identifier les rivaux via les reflets de leurs armes. Les éliminations s'enchaînent en adoptant tantôt la lunette thermique ou tantôt le viseur standard. Puis, la mission finit par prendre une tout autre tournure. Notre position a été découverte et nous sommes encerclés par l’ennemi prêt à nous réduire en bouillie. Dès lors, on reprend notre fusil-mitrailleur pour se défendre et tenter de s'abriter. La fine équipe se fraye un chemin entre les arbres tombés et quelques passages exigus tout en esquivant les balles adverses. Une fois à couvert, on continue vers un sentier dégagé, pour se remettre en position de sniper et faire le vide dans une autre échancrure infestée. Sauf que notre plan avait une faille, les combattants étaient bien trop nombreux...

Pour connaître le fin mot de ce niveau, nous devrons patienter jusqu'à la sortie du soft, puisque c'est à ce moment que la mission s'est stoppée. Sincèrement, les deux heures passées sur le mode solo de MoH sont passées bien vite. Trop même. La réalisation sans temps mort est très bien construite et nous promet une expérience de jeu solide. Loin du grand spectacle d'un Call of Duty, Medal of Honor propose aux aficionados du genre une plongée dans le quotidien des forces spéciales américaines avec brio. On peut vous garantir que le reboot de la licence Medal of Honor marquera un tournant dans le domaine.

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Medal of Honor

Medal of Honor

7.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité