> Vous êtes ici :

Preview de Kartuga sur

Kartuga

Kartuga

PCActu s’est déplacé pour aller à l’event press de Kartuga. Lieu du rendez-vous le Navire, on sent d’ici l’air de mer alors qu’on est dans la banlieue parisienne ! Nous abordons donc ledit Navire, tout de suite accueillis par les organisateurs et les développeurs du jeu. L’ambiance pirate se fait clairement sentir par des hublots, la vidéo du jeu projetée sur le mur, un petit festin, les caches-yeux, les flasques et surtout du rhum ! On commence à nous présenter brièvement le jeu puis c’est parti pour une interview avec Tobias Severin, directeur technique de Ticking Bomb Games et Sarah Lueken, directrice des relations public d'Innogames .

Kartuga - 40Kartuga - 45Kartuga - 42Kartuga - 43Kartuga - 44Kartuga - 41

Pour Parler

PCActu : Bonjour, et merci de répondre à nos questions, tout d’abord : Quels ont été vos différents projets avant Kartuga ?

Tobias Severin : Cela fait déjà cinq ans que nous existons. On a fait que des titres pour PC et on a environ cent jeux à notre actif. L’un de nos plus gros succès a été Gilde, qui a reçu le prix « meilleur jeu par navigateur allemand 2009 ». 

PCA : De quoi êtes-vous partit pour Kartuga ?

TS : On a regardé les autres jeux, on souhaitait faire un jeu de pirates différent de ce qui se faisait. On a fait plein de prototypes pour essayer de trouver quelque chose de fun. On voulait un système de contrôle direct d’un bateau dépendant de plusieurs compétences. On ne voulait pas de cliché comme Capitaine Crochet, on voulait quelque chose de plus fantastique car on ne voulait pas être limité par le contexte historique ou encore l’univers. On aimerait faire tout ce qui est techniquement possible, on pourrait très bien prendre des technologies de De Vinci pour les introduire dans le jeu. 

PCA : Quelle différence y’a-t-il entre Gilde et Kartuga ?

TS : Déjà la technologie n’est pas la même, Gilde était en 2D et Kartuga est en 3D. Ensuite, ce ne sont pas du tout les mêmes genres de jeu, Gilde était un jeu de stratégie et Kartuga est un MMO orienté action. Le seul point en commun c’est que ce sont des jeux sur navigateurs.

PCA : Qu’est-ce qui a été le plus dur pendant le développement du jeu ?

TS : C’était de combiner JcE et JcJ.

PCA : Quelles ont été vos inspirations ?

TS : On est tous fan de Sid Meier’s Pirate, donc on s’en est forcément inspiré. On aime beaucoup les jeux hybrides, comme Borderlands qui mélange des éléments de FPS avec des éléments RPG. Les jeux comme League Of Legends où l’on affronte directement les autres joueurs. On voulait faire un jeu qu’on aime utiliser et c’est le cas avec Kartuga, on y joue tous les jours !

PCA : Quelle est l’expérience de jeu proposée par Kartuga ?

TS : Des batailles intenses, rapides. C’est un jeu très bourrin qu’on prend plaisir à jouer entre ami.

PCA : Quel est votre public cible ?

TS : Un public jeune masculin.

Sara Lueken : Entre 18 et 45 ans.

TS : Oui, des joueurs qui aiment la compétition. Qui ont pu jouer par exemple à World Of Tanks, League Of Legends et tous ces jeux d’action bourrin.

PCA : Votre jeu s’adresse plus aux Hardcore Gamers ou aux Casuals ?

TS : Définitivement Hardcore ! Mais on essaie d’ouvrir le jeu à tous par notre JcE où les joueurs s’entraîne pour le JcJ contre des IA’s.

PCA : Combien fait environ la carte ?

TS : On a cinq mondes ouvert, chacun fait environs 36 km².

PCA : C’est énorme ! Qu’en sera-t-il des temps de chargement ? Est-ce que les joueurs vont devoir attendre longtemps ?

TS : *sourit* Un tout petit peu.

PCA : Faut-il un très bon ordinateur avec une excellente connexion ou est-ce qu’on peut y jouer avec des PC qui ont quelques années avec une connexion moyenne?

TS : Habituellement on y joue sur nos ordinateurs portables en utilisant la WIFI, donc le jeu sera accessible à tous.

PCA : Vous avez dévoilé trois classes de bateau, est-ce qu’on aura d’autres choix à effectuer dans le jeu ?

TS : Houla, oui plein de choses. Donc on peut choisir sa classe parmi trois disponibles, les items, les armes, les améliorations dans l’arbre de talent, le type de bateau, les membres de l’équipage, on peut aussi choisir sa bannière. On peut vraiment tout customiser, il y a même des guildes. »

PCA : Combien de temps vous a-t ‘il fallut pour la création de Kartuga ?

TS : *petit temps de réflexion* 18  mois jusqu’à aujourd’hui. Bien sûr il faut compter plus avec la post-prod et le prototype.

PCA : Pourquoi faire encore un jeu par navigateur, il y a plusieurs plateformes actuellement comme les tablettes, les consoles ou encore les plateformes en ligne comme Steam ?

TS : Tout simplement au niveau de l’accessibilité pour jouer partout. On est intéressé par les tablettes mais celles-ci n’étaient pas pratique pour naviguer un bateau. Puis le jeu streame en continu donc il télécharge très peu, on compte moins d’une minute entre le moment du lancement jeu et dans le jeu. 


Affûtez vos sabres et préparez les canons !

Après cette interview qui a dû s’écourter pour laisser place à une session de jeu, nous avons eu droit à une présentation globale de la société par Dennis Heinert, manager des relations publiques chez Innogames et une présentation du jeu en lui-même par Florian Supa, Manager de la production chez Innogames. Ensuite nous avons eu le plaisir de jouer à Kartuga !

On commence en JcE tout doucement, le temps de prendre en main les contrôles, de comprendre comment le jeu marche et de prendre ses marques. Toute l’équipe était présente, toujours prête à nous expliquer et à nous guider pour bien comprendre leur petit bébé.

Dennis Heinert nous explique alors que Ticking Bomb Games leur a présenté un prototype qui a été tellement convaincant qu’ils ont tout de suite voulu les aider et continuer le jeu avec eux. La version de la bêta que l’on a testé comportait  un monde ouvert, deux modes de JcJ, trois classes, trois aires, neuf cartes et plus de 20 types de bateaux. Puis on nous présente la partie la plus importante du jeu, les modes JcJ qui se jouent tous en 4 contre 4 :

·         Le mode domination dans lequel deux équipes s’affrontent pour prendre des points de contrôles (cinq en tout), plus on a de points de contrôles plus on gagne de points, le premier arrivé à 2 500 points à gagner.

·         Le mode destruction où chaque équipe possède trois points que l’équipe adverse doit détruire en s’emparant de la bombe se trouvant au centre du terrain. La victoire revient à l’équipe ayant réussi 3 explosions.

Ils nous ont annoncé qu’ils travaillaient encore sur un système de classement (ranking), des objectifs pour mettre du challenge dans le JcJ et enfin à plus de diversité au niveau des quêtes en PvE.
Lors de la présentation, les développeurs nous ont expliqué qu’ils ne voulaient pas faire de jeu qu’avec la souris, et, en effet, le jeu se joue avec les touches habituelles pour se déplacer (q, z, d, s) et choisir des attaques/sorts spéciaux (1,2,3, a, e, r) ainsi que la souris pour effectuer les attaques basique de part et autre de notre navire.

On commence à jouer, la connexion au jeu est très rapide et la première chose à faire est de choisir entre les trois classes :

·         Le Destroyer (destructeur), rapide et ayant une portée supérieure aux autres, terrassera bon nombre d’ennemis. Il est très intéressant pour se faufiler rapidement et attaquer plusieurs bateaux à la fois plus facilement.

·         Le Protector (protecteur), résistant et puissant, il sera plus dur à couler et augmente au fur et à mesure ses dégâts. Le Protector est très important, pouvant encaisser sans broncher plusieurs attaques en réduisant l’efficacité de celles-ci il est donc très pratique pour protéger ses alliés et pouvant améliorer sa puissance de frappe pour riposter.

·         L’Engineer (l’ingénieur), astucieux et  fourbe, il utilisera l’aire de combat comme une arme avec ses petits gadgets autant pour attaquer ses ennemis que pour soigner ses alliés. L’Engineer est l’une des classes les plus importantes car elle la seule (pour le moment en tout cas) qui peut soigner ses amis en invoquant un petit gadget à hélice qui soigne et suis la personne qui passe dessus, enfin elle permet de gérer une zone avec sa petite tourelle flottante qui envoie des boulets dès qu’un ennemi entre dans ladite zone.

Une fois notre classe choisie, on navigue directement dans les mers de Kartuga. Graphiquement c’est une claque visuelle, non pas en terme de technologie, mais dans la cohérence visuelle et un style très léché que l’on a rarement vu dans les jeux sur navigateurs. L’ambiance sonore nous plonge directement dans le vif du sujet. On est déjà dans un port où l’on aperçoit juste à côté de notre cargo une quête représentée sous un point d’exclamation, des petites quêtes sympathiques qui introduisent l’univers et le gameplay. 
Le JcE simule le multi avec plusieurs bateaux avec des pseudos particuliers ainsi qu’un chat  plus ou moins vivant. On se fera attaquer par quelques pirates mal intentionnés mais on arrive toujours à s’en tirer. Il y a un système de niveau à passer avec des attaques spéciales à débloquer dans un arbre de compétence, celui-ci peut être réinitialisé gratuitement à tout moment dans le jeu. On constate que chaque classe peut se spécialiser en choisissant parmi trois sous-classes via l’arbre de compétence. De plus, on dispose d’un inventaire où l’on choisit notre premier officier, notre charpentier, notre tireur, notre alchimiste, notre type de canon, notre type de boulet, l’apparence de notre bateau, etc. Les décors sont diversifiés et inspirés par plusieurs contrées orientales et occidentales.

Kartuga - 1Kartuga - 39Kartuga - 31Kartuga - 37

A l’abordage moussaillon !

Après quinze minutes de JcE, on nous dirige pour jouer en JcJ, plus précisément le mode Domination expliqué plus haut.  On commence à vouloir se connecter sur le mode JcJ mais un problème de connexion fit son apparition sans aucune raison apparente. Nos hôtes ont dû relancer plusieurs fois tout en s’excusant de ce problème, mais celui-ci persista, nous avons dû attendre un certain temps avant qu’enfin la connexion réseau passe. Malgré tout, la réaction de l’équipe fut tout à fait adaptée.  Nous avons pu voir une partie de JcJ en mode Domination puis finalement par y jouer.

La partie commence tout le monde vire droit vers les navires fantômes (points de contrôle), à peine le premier atteint que des galions ennemis font feu sur nous, nous ripostons tant bien que mal, certains bâtirent en retraite, d’autres coulèrent, bon nombre d’entre nous succombèrent aux coups de l’ennemi. Tout ceci pour dire que cette partie de JcJ très fun, le tout semble est instinctif et propose des classes bien particulières qui sont nécessaires pour gagner la partie. Nous n’y avons joué que quinze, peut-être vingt minutes mais celles-ci furent efficaces pour prouver que le jeu en a dans le gameplay.

Nous avons pu en savoir plus sur le matchmaking auprès de l’équipe, ils ont précisé que celui-ci se baserait sur le niveau et sur le ratio du joueur, ce qui veut dire qu’un joueur niveau 5 ayant un très bon ratio pourra se mesurer à des niveaux supérieurs au sien mais avec un ratio inférieur. Les développeurs ont aussi précisé qu’ils ne souhaitaient en aucun cas obliger les joueurs à payer pour avoir accès à du contenu en plus ou encore disposer d’objets ou de skills uniques qui donneraient un avantage certain.


Kartuga - 20Kartuga - 16Kartuga - 21Kartuga - 22Kartuga - 24

Nos impressions

Ce moment passé en compagnie de l’équipe de Ticking Bomb Games et Innogames fut très agréable. C’est une équipe soudée, ouverte et surtout passionnée, cela se fait clairement ressentir dans Kartuga. Il est sur la bonne voie pour jouir d’une popularité non sans mérite. Le jeu est très instinctif, très facile à prendre en main et est fun rapidement. Il reste ouvert à tous en proposant une réelle expérience. Les jeux par navigateurs Free-To-Play n’auront jamais autant donné envie d’y jouer. Un jeu à suivre de près ! On rappelle que le jeu est actuellement en bêta fermée, rendez-vous ici pour plus d’information.


Preview écrite par

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Kartuga

Kartuga

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité